Contact : 0825 825 436

Avril 2015

Retenue à la source pour les salariés domiciliés hors de France : nouveaux délais - Avril 2016

Sonia Arlaud, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, revient sur les modalités de déclaration et de paiement de la retenue à la source suite à l’ordonnance n° 2015-681 du 18 juin 2015 qui en modifie les délais.

Lorsqu’une entreprise verse une rémunération de source française à un salarié qui n’est pas fiscalement domicilié en France, elle doit appliquer à ce salaire une retenue à la source1. Lorsque celle-ci doit s’appliquer, la retenue à la source est calculée sur la base des salaires de source française perçus par le salarié. Elle représente alors un montant d’impôt sur le revenu.

C’est à l’employeur qu’il incombe de calculer, déclarer et verser la retenue. En tant que débiteur des sommes dues, il doit effectuer une déclaration, qui accompagne le versement de la retenue à la source. Elle s’effectue sur l’imprimé 2494-SD (Cerfa 10325)2. La déclaration doit être déposée en double exemplaire au service des impôts des entreprises du siège de l’entreprise, en même temps que le versement des sommes dues au titre de la retenue à la source.

Jusqu’en 2015, la déclaration et le paiement de la retenue à la source avaient une périodicité mensuelle. L’ordonnance du 18 juin 2015 portant simplification des obligations déclaratives des entreprises en matière fiscale3 a allongé le délai de dépôt de déclaration et de paiement de certaines retenues à la source. C’est sur ce point que nous avons choisi de nous arrêter dans cet article.

Les retenues à la source concernées par ces modifications sont celles qui sont effectuées sur les traitements et salaires versés par des entreprises qui exercent une activité en France à des salariés domiciliés hors de France.
D’autres retenues sont également visées : celles qui sont faites sur les pensions et rentes, sur les sommes payées en contrepartie de prestations artistiques fournies ou utilisées en France ou encore celles qui sont effectuées au titre de l’actionnariat salarié4.

Ces nouvelles dispositions s’appliquent aux retenues à la source effectuées depuis le 1er janvier 2016.

Allongement du délai de dépôt

Jusqu’en 2015, la déclaration et le paiement des retenues à la source de l’impôt sur le revenu des salariés domiciliés hors de France étaient mensuels. Ils devaient ainsi être effectués au plus tard le 15 du mois suivant celui du paiement.

À compter du 1er janvier 2016, ces modalités de déclaration et de paiement des retenues à la source des salariés non domiciliés en France deviennent trimestrielles5.

Autrement dit, l’employeur débiteur qui opère des retenues à la source, au titre des traitements et salaires versés à des non-résidents, devra, à compter du 1er janvier 2016, déclarer et payer les sommes retenues le 15 du mois suivant le trimestre civil au cours duquel a eu lieu le paiement, au lieu du 15 du mois suivant (cf. exemples à la fin de cet article).

Outre les traitements et salaires de source française, sont visés les pensions et rentes viagères6, les revenus non salariaux7, les rémunérations de prestations artistiques8 et les gains d’acquisition et avantages issus de certains produits d’actionnariat salarié (« stock-options », actions gratuites et BSPCE)9.

Objectif : simplification des obligations déclaratives

C’est sur le fondement de la loi relative à la simplification de la vie des entreprises10 que l’ordonnance du 18 juin 2015 a été prise. Elle fait suite aux propositions formulées en avril 2014 par le conseil de la simplification pour les entreprises. Ce conseil, créé en janvier 2014, est chargé de proposer au Gouvernement les « orientations stratégiques de la politique de simplification à l’égard des entreprises »11. Dans ce but, il a notamment pour mission de présenter « des axes de simplification et de conseiller au Gouvernement des solutions innovantes ou des mesures nouvelles de nature législative, réglementaire ou administrative »12.

L’allongement du délai de paiement et de déclaration de la retenue à la source vers une périodicité trimestrielle s’inscrit donc dans le cadre plus large de l’objectif de simplification des obligations déclaratives des entreprises. Il accompagne une série de mesures prévues par l’ordonnance, destinées à alléger des obligations déclaratives en matière fiscale13.

Les futures modalités de déclaration : du Cerfa vers la DSN

La déclaration et le paiement de la retenue à la source désormais trimestriels permettent à l’entreprise de simplifier ses obligations déclaratives par la voie d’un allègement des formalités déclaratives. Il est prévu que les délais reprennent peu à peu une périodicité mensuelle avec la généralisation progressive de la DSN14 à l’horizon 2017.

En effet, la déclaration et le paiement trimestriels de la retenue à la source gardent tout leur sens et leur importance tant que ces modalités transitent par un déclaratif autonome (le Cerfa 10325). Actuellement, l’employeur accompagne le déclaratif Cerfa d’un déclaratif en N4DS. Il produit ainsi chaque année les sommes issues de la retenue à la source sur la DADS.

Or, la déclaration des revenus fiscaux du salarié s’effectuera bientôt via la DSN. D’ici la fin de l’année 2016, c’est ainsi la DSN, lors de l’avènement de la phase 3, qui intégrera ces données fiscales. Elles redeviendront alors mensuelles.

Précisons toutefois que cette intégration s’effectuera en deux temps. Dans un premier temps, seule la déclaration de la retenue sera intégrée dans la DSN15. Le paiement de celle-ci continuera de transiter par le Cerfa qui va donc perdurer en parallèle de la phase 3, à titre transitoire, pendant toute l’année 2017. Ce n’est qu’avec la généralisation de la retenue à la source en 2018 que, dans un second temps, le paiement sera lui aussi intégré à la DSN. Nous pouvons alors nous attendre à la suppression du Cerfa16 au seul profit de la DSN.

Exemples de périodicité de déclaration pour les rémunérations versées avant et après le 1er janvier 2016

Exemple de périodicité de déclaration pour les rémunérations versées jusqu’au 31 décembre 2015 :

Exemple de périodicité de déclaration pour les rémunérations versées à compter du 1er janvier 2016 :

Sonia ARLAUD
Juriste expert social

________________
1 Certaines conventions fiscales internationales peuvent prévoir des dérogations à ce principe.
2 Ce document peut être téléchargé ou prérempli sur Internet (http://www.impots.gouv.fr à la rubrique « recherche de formulaires »).
3 Ordonnance n° 2015-681 du 18 juin 2015 portant simplification des obligations déclaratives en matière fiscale, JO du 19, p. 10078.
4 Imprimé 2494-BIS-SD (Cerfa 14373*06).
5 CGI, art. 1671 A, al. 1.
6 CGI, art. 182 A.
7 CGI, art. 182 B.
8 CGI, art. 182 A bis.
9 CGI, art. 182 A ter.
10 Loi n° 2014-1545 du 20 décembre 2014, relative à la simplification de la vie des entreprises, article 27.
11 Décret n° 2014-11 du 8 janvier 2014 instituant le conseil de la simplification pour les entreprises.
12 Décret n° 2014-11, art. 2.
13 Parmi ces mesures, on peut notamment citer l’harmonisation des dates de dépôt des déclarations de résultat et de CFE (Ord. art. 2), la suppression de l’état de suivi de la valeur du mali technique de fusion (Ord. art. 9 et 10, VI) ou encore l’aménagement des modalités de retenue à la source sur les bénéfices en France des sociétés étrangères (Ord. art. 10, III-2°).
14 Déclaration sociale nominative.
15 Déclaration prévue dans la structure S21.G00.81.001, code 077. Il s’agit d’une structure mensuelle.
16 Cette information reste à confirmer.

L’obligation de négocier sur la prévention de la pénibilité - Juillet 2017

Muriel Besnard, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, propose de revenir sur l’obligation de négocier sur la prévention de la pénibilité.

Le port de signes religieux au travail - Juin 2017

Elodie Chailloux, Juriste au sein des équipes du Pôle Veille d’ADP, analyse les décisions de la CJUE du 14 mars 2017 sur les restrictions au port de signes religieux.

De la souplesse dans l’aménagement du temps de travail - Mai 2017

Quand le décret d’application remet en cause la liberté promise par la loi travail : l’exemple de l’aménagement du temps de travail sur une période supérieure à l’année.

Le régime de l’inaptitude suite à la loi travail - Avril 2017

Élodie Chailloux, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, revient sur les modifications apportées par la loi travail au régime de l’inaptitude.

Loi égalité citoyenneté : impacts RH - Mars 2017

Muriel Besnard, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, propose de présenter les impacts RH de la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté , publiée le 28 janvier 2017 au Journal officiel.

Infractions routières - Février 2017

Élodie Chailloux, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, revient sur l’obligation de désignation du conducteur par l’employeur pour les infractions commises avec un véhicule appartenant à l’entreprise.

Le congé de proche aidant - Janvier 2017

Il s’agit d’un congé spécial permettant au salarié de s’absenter pour s’occuper d’un proche atteint d’un handicap ou souffrant d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité.Ludivine Leroux, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, revient sur le nouveau congé de proche aidant, venu remplacer le congé de soutien familial.

Les primes et gratifications : une fin d’année propice au versement de compléments de salaire - Décembre 2016

Dans un contexte favorable à la croissance et à la compétitivité des entreprises, la rémunération du salarié ne se limite plus à son seul salaire de base.

Loi travail : le CPA, le CPF et le CEC - Octobre 2016

La loi sur le dialogue social a posé le principe de la mise en place d’un compte personnel d’activité (CPA) pour le 1er janvier 2017. La loi du 8 août 2016, appelée « loi travail », prend le relais et pose les bases du fonctionnement du CPA.

Aide de l’employeur au financement d’une couverture santé : pour qui et comment ? - Septembre 2016

Pour rappel, depuis le 1er janvier 2016, chaque employeur a l’obligation de faire bénéficier ses salariés d’une couverture complémentaire santé collective et obligatoire.

Maladie et congés payés : l’État condamné pour non-transposition d’une directive européenne - Juillet 2016

Pour la première fois, l’État est condamné à réparer le préjudice subi par un salarié du fait de la non-conformité de l’article L. 3141-5 du code du travail à la directive 2003-88/CE, en ce qu’il n’assimile pas les absences pour maladie à du temps de travail effectif pour l’acquisition des congés payés.

L’attribution de titres-restaurant - Juin 2016

La participation de l’employeur aux frais de repas de ses salariés peut se faire de différentes manières : prime de panier, cantine, remboursement de frais et titres-restaurant. L’attribution, l’utilisation et le financement des titres-restaurant sont très réglementés.

Le rescrit social : élargissement du champ d’application au 1er janvier 2016 - Mai 2016

L’ordonnance du 10 décembre 2015 prévoit une extension du champ d’application et des bénéficiaires du rescrit social. Sonia Arlaud, Juriste au sein des équipes du Pôle Veille d’ADP, fait le point sur ces évolutions, applicables depuis le 1er janvier 2016.

Retenue à la source pour les salariés domiciliés hors de France : nouveaux délais - Avril 2016

Sonia Arlaud, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, revient sur les modalités de déclaration et de paiement de la retenue à la source suite à l’ordonnance n° 2015-681 du 18 juin 2015 qui en modifie les délais.

Modification du régime social et fiscal des indemnités de rupture - Mars 2016

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2016 ainsi que la loi de finances pour 2016 sont venues apporter des modifications au régime social et fiscal des indemnités de rupture. Retour sur ces nouveautés.

Hausse de la cotisation patronale d’assurance maladie et impacts sur la réduction Fillon - Février 2016

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2016 acte d’un transfert de cotisation de la branche accident du travail et maladie professionnelle (ATMP) (en excédent) vers la branche maladie du régime général (en déficit) pour améliorer le solde de cette dernière.

Les conséquences de l’annulation de la convention d’assurance chômage - Janvier 2016

Diverses associations et de nombreux salariés ont attaqué l’arrêté du 25 juin 2014 du ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social rendant obligatoire la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage.

Stagiaire - Focus sur la circulaire ACOSS N° 2015-042 du 2 juillet 2015, et le décret N° 2015-1539 du 26 octobre 2015 - Décembre 2015

Élodie Chailloux, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, détaille les précisions sur le statut des stagiaires contenues dans la lettre-circulaire Acoss n° 2015-042 du 2 juillet 2015 et sur le quota maximal de stagiaires posé par le décret n° 2015-1539 du 26 octobre 2015.

Le regroupement des adhésions aux institutions AGIRC-ARRCO - Novembre 2015

Dans un souci de simplification des démarches administratives, les partenaires sociaux gestionnaires des régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco ont décidé de regrouper auprès d’un seul groupe de protection sociale les adhésions dispersées de certaines entreprises.

Simplification du compte pénibilité par la loi relative au dialogue social et à l’emploi - Octobre 2015

Muriel Besnard, juriste au sein des équipes du pôle Veille d’ADP, revient sur les mesures de simplification du compte personnel de prévention de la pénibilité mises en œuvre par la loi relative au dialogue social et à l’emploi.

Toute l'actualité sociale par thématique