Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Puis-je opérer une retenue sur salaire pour sanctionner le comportement fautif de mon salarié ?

Juillet 2019

 

Il n’existe pas de définition légale de la sanction pécuniaire. Précisément, il existe une sanction pécuniaire dans plusieurs situations : en cas de retenue sur salaire non justifiée par une période d’inactivité ou non proportionnelle à la durée de cette inactivité ; ou encore lorsque la rémunération est réduite en raison du comportement fautif du salarié.

En règle générale, les amendes et toute autre sanction pécuniaire sont interdites (c. trav. art. L. 1331-2). A titre illustratif, voici quelques sanctions jugées interdites par la jurisprudence :

  • La suppression d’une prime d’objectif en raison du licenciement de l’intéressé ;
  • La réduction d’une prime dont le versement est obligatoire sous prétexte d’une faute
  • Le refus de payer des heures supplémentaires en compensation d’un abus non démontré du salarié dans l’utilisation du téléphone de l’entreprise

Le non-respect de cette règle emporte la caractérisation d’une infraction pénale passible d’une amende de 3 750 € (C. pén. art. 132-10).

Ce principe ne s’oppose cependant pas à la retenue sur salaire proportionnelle à la durée d’une absence, ou encore la réduction ou suppression d’une prime suite à un retard ou absence. Pour être licite, la retenue sur salaire doit être établie pour tous les salariés de la même manière (cass. soc. 26 mars 2014, n° 12-18125, BC V n° 92 ; cass. soc. 7 novembre 2018, n° 17-15833 FPB).

De plus, certaines sanctions entraînent automatiquement une diminution de la rémunération du salarié. Il en va ainsi de la rétrogradation qui constitue une mesure de déclassement hiérarchique prise à titre disciplinaire (cass. soc. 17 février 1993, n° 88-45539, BC V n° 55). Attention toutefois, la rétrogradation sera assimilée à une sanction pécuniaire interdite si elle se traduit par une diminution de salaire sans déclassement (cass. soc. 28 avril 1993, n° 89-41688 D).

Pour finir, la jurisprudence a admis que l’employeur puisse demander des dommages-intérêts au salarié auteur d’une faute lourde. En effet, la faute lourde se caractérisant par l’intention de nuire à l’employeur, c’est le seul cas permettant d’engager la responsabilité financière du salarié.

Sources :

  • C. trav. art. L. 1334-1
  • Cass. soc. 20 décembre 2006, n° 05-45365, BC V n° 392
  • Cass. soc. 7 mai 1991, n° 87-43350, BC V n° 219
  • Cass. soc. 31 janvier 2018, n° 16-14619 D
  • Cass. soc., 11 avr. 1996, no 92-42.847 ; Cass. soc., 25 janv. 2017, no 14-26.071
  • Social Expert