Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Je suis client et je souhaite être contacté(e) par ADP

Gestion des talents & Potentiels

«Ne dites pas à ma mère que je suis DRH en entreprise, elle me croît homme politique en pleine campagne électorale...»

 
 

C’est en évoquant les spécificités du métier de DRH avec Marie-Laure Meyer1, conseillère régionale d’Île de France que nous nous sommes aperçus qu’il existait de nombreux points communs entre le métier de responsable de ressources humaines et celui d’homme ou, en l'occurrence, de femme politique. Être au service des femmes et des hommes qui constituent la force vive de l’entreprise, ou être au service de ses concitoyens, les respecter, prendre en compte leurs particularités, voici bien deux métiers qui se ressemblent. Oui, il y a de nombreux points de convergence, mais il y a aussi quelques différences fondamentales...

Le DRH doit connaître les personnes qu’il administre. C’est d’ailleurs l’un des premiers conseils qui est donné aux jeunes : il ne faut pas s’enfermer dans son bureau, mais il faut aller sur le terrain pour rencontrer les salariés. Les rencontrer pour faire leur connaissance, pour savoir leur métier, leurs conditions de travail... Les connaître également pour les reconnaître, comme nous dit Jean-Pierre Brun, de l’Université de Laval, au Québec, lorsqu’il évoque la reconnaissance au travail. Alors, tel l’homme politique en campagne qui visite les coins et les recoins de sa circonscription, le DRH doit arpenter son entreprise pour aller au-devant de ses administrés, leur serrer la main et s’intéresser à eux pour que, eux aussi, le connaissent et le reconnaissent.

Le DRH est le garant de l’équité de traitement des salariés. Sans équité, l’entreprise ne peut fonctionner. Il est parfaitement impensable d’imaginer qu’une entreprise puisse fonctionner normalement si ses salariés ne sont pas libres et égaux en droits, et que les distinctions sociales ne soient pas uniquement basées sur l’utilité commune. Pour ce faire, le DRH met en place des règles qui cadrent la gestion des ressources humaines au sein de son entreprise. Ces règles réfléchies, quelques fois travaillées avec les partenaires sociaux, afin qu’elles n’occultent pas certains aspects de leurs revendications, deviennent des lois pour les salariés de l’entreprise. Des lois que nul au sein de l’organisation n’est censé ignorer... Mais, nous expliquons alors que l’homme est unique et donc, même s’il existe un cadre général pour le fonctionnement de l’institution, le DRH doit néanmoins savoir prendre en compte la spécificité et le caractère particulier de chaque dossier. Marie-Laure Meyer nous explique que c’est également un point important de la législation française et que c’est ce qui rend si difficile le travail des élus : avoir des règles communes pour un traitement particulier.

Plus notre échange avance, plus il nous semble que les points de convergence sont nombreux... Souci de la personne, épanouissement, soutien... Le DRH fait ceci, dit cela… Le politique aussi...

Tout se passe bien jusqu’au moment où Marie-Laure évoque le recrutement... Et le licenciement. Car, nous dit-elle, la différence majeure entre les DRH et les hommes politiques, c’est «qui recrute qui» ! Ou bien, malheureusement, «qui licencie qui» ! En effet, ce sont bien les DRH qui recrutent les salariés de l’entreprise, en fonction des besoins et des critères de l’organisation. Lorsque la crise arrive, dès lors que des difficultés économiques se font sentir, les DRH mettent en œuvre les décisions de plans sociaux, ils se séparent de ceux qui n’ont plus de place dans l’organisation. Or, c’est l’inverse pour les politiques : ils sont recrutés par leurs concitoyens pour une performance attendue, au regard des besoins de ces derniers. S’ils ne répondent pas à ces attentes, si les résultats ne sont pas à la hauteur, les électeurs ne renouvellent pas leur confiance et choisissent un autre représentant...

Cette différence essentielle pose une question à laquelle nous laissons à chacun le soin de répondre pour son cas personnel : Qu’en pensez-vous, vous qui avez des responsabilités pour la gestion des ressources humaines de votre entreprise ? Si les salariés vous avaient embauché, pensez-vous que vous auriez toujours la confiance de votre électorat et que vous seriez encore en place ?

1 Marie-Laure Meyer était membre du conseil municipal de Nanterre lors des événements dramatiques du 27 mars 2002, à l'occasion desquels Richard Durn a fait usage d’armes à feu pendant une séance, tuant 8 élus et en blessant 19 autres (dont Marie-Laure). Elle a un site internet : www.marielauremeyer.com.

Vous pouvez contribuer !