Blog logo

RH info, le portail des ressources humaines : infos, actus, débats, prospective, agenda RH

Travail à distance

Please, ne faites pas badger le Père Noël !

 
 

Salutations à vous, amis DRH !

D’habitude, Alain Covard marchait. Tous les matins, il marchait pour aller au boulot.

Il marchait d’un bon pas pour ne pas perdre du temps pendant les trajets de son domicile à son bureau. « Du temps qui n’est pas rémunéré, et que je ne passe pas avec mon épouse... C’est du temps perdu ! Alors, autant en perdre le moins possible... », avait-il l’habitude de dire.

Mais, ce n’était pas simple pour lui : il lui fallait être à l’heure... juste à l’heure. Pas en retard, parce qu’il était un bon élément, parce qu’il faisait correctement son travail, parce qu’il avait une horloge dans la tête... Et, pas en sueur pour ne pas gêner ses collègues de bureau par des effluves malodorantes...

Mais, Alain ne voulait pas être en avance. Alors, il pointait exactement à 09h00. La gentille machine de gestion du temps lui permettait de badger entre 09h00’00" et 09h00’59". Il avait de la marge... Ensuite, c’était le message d’erreur « Le système de contrôle du temps observe que Alain Covard n’est pas à votre poste de travail à l’heure. Cette absence génère donc automatiquement une irrégularité. Alain Covard est prié d’expliquer son absence à sa hiérarchie dans les meilleurs délais », qui était envoyé en clignotant pour lui et pour son chef.

Et, ça, il n’en voulait pas. Alors, il avait appris à réguler son trajet et son pas. 

Seulement, aujourd’hui, les choses avaient mal tourné depuis qu’il était sorti de chez lui. Il avait d’abord rencontré son voisin qui lui avait dit quelques mots. Il travaillait à la SNCF et avait avancé ses horaires de 5 minutes. Du coup, ils s’étaient croisés sur le trottoir, devant la maison... « Faudra que je passe par derrière, sinon ça risque de bousculer mon temps de trajet », s’était-il dit, ce matin-là.

Puis, il avait eu les travaux dans la rue Victor Hugo. Un seul trottoir pour la circulation des piétons avec tous les jeunes du collège du même nom... Des jeunes qui, soit dit en passant, n’avaient pas vraiment l’air pressé d’aller en cours... Mais, bon, ça ne le regardait pas, ça, Alain, même si ça l’énervait qu’ils le retardent.

Lui, son objectif, c’est 09h00 tapantes à la badgeuse.

Alors, plus d’autre choix qu’un petit footing. Il était sportif, alors, ça ne le gênait pas trop, Alain, un petit footing. Il fallait simplement qu’il fasse attention à la transpiration, rapport à l’odeur, car il n’y avait pas de douches dans son entreprise. Il ouvrit sa veste et regarda sa montre. 08h57... Ça allait le faire. Il apercevait déjà son bâtiment. Tiens, il y avait déjà du monde dans les bureaux... « Sûrement des personnes qui ne badgent pas. Elles ne sont pas stressées par le pointage, elles », pensa-t-il.

08h58. Le feu venait de passer au vert pour les voitures. Il trépigna d’impatience sur son trottoir. Il voyait presque la badgeuse. En tout cas, il la devinait. Derrière la porte coulissante, elle semblait l’attendre... Alain sortit son badge. Il était prêt !

08h59. Feu rouge ! Il bondit et traversa la rue en courant. Il monta les escaliers rapidement. Mince, il y avait du monde devant la machine. Des filles qui se disaient bonjour en se faisant la bise... 

09h00’01". Il était devant le groupe qui semblait ne pas vouloir bouger.

09h00’23". Il bouscula la première.

09h00’34". Il bouscula la seconde en râlant un peu que ce lieu n’était pas une place de stationnement.

09h00’47". Alain fit enfin passer son badge devant la machine, qui le reconnut et  afficha « Bonjour, Alain Covard. Il est 09h00. Bonne journée de travail ».

Encore une fois, mission accomplie ! Il était à l’heure. Juste à l’heure !

Il souffla. Il était un peu en sueur, ce matin. Ça ne servait à rien de monter de suite au bureau. Il allait empester la pièce. Il s’approcha des filles et se joignit à leur conversation : non, il n’avait pas vu Docteur Houze, car il avait entraînement de foot. Et, oui, il voulait bien boire un café pour qu’on lui raconte, mais alors, vite fait, ce qui s’était passé dans le dernier épisode...

Et puis, il ne voulait pas se mettre trop en retard. Car, 16h30, c’était le prochain rendez-vous avec la badgeuse...

Alors, chers collègues DRH, j’imagine que des Alain Covard, vous en avez rencontrés dans votre carrière.

Mais, ce qui est intéressant, c’est comment ils étaient AVANT le badgeage. Oui, il y avait bien des horaires, mais le plus important n’était-il pas la mission, plutôt que le temps de présence sur le lieu de travail ?

Alors, je vous conseille l’excellent livre qui vient de sortir sur la gestion du temps de travail, Pourquoi le travail nous emmerde et comment faire pour que ça change1.

Les deux auteurs nous proposent leur vision de la gestion du temps qui risquent de ne pas convaincre tout le monde... avec un point sur les idées préconçues, qu’elles appellent les a priori :

  • Oui, on veut bien mettre en place du télétravail... mais, que pour les dirigeants parce qu’on leur fait confiance. Pour les autres, non, pas de suite... Ce n’est pas culturel...
  • J’ai entendu dire que le patron va venir cette après-midi. Il faut que j’ai l’air occupé...
  • Les gens qui travaillent plus longtemps fournissent plus de travail que les autres...
  • Si les gens peuvent accomplir leur travail en moins de temps, alors il faut leur donner plus de travail...
  • Les gens derrière les écrans travaillent...

Alors, gestion du temps ou gestion du travail ?

J’ouvre mon journal intime...

Et, je me rappelle bien mon passage dans cette société de service dans le Sud de la France. En tant que DRH, je voulais supprimer le badgeage, permettre le télétravail... Bref, recentrer l’activité des salariés sur le service à rendre, et non plus sur un temps entre deux passages devant une machine...

Mais, je me suis heurté à une culture horlogère du travail : « Vous ne vous rendez pas compte ? Badger permet d’avoir un meilleur management... Et un meilleur contrôle de la présence de nos collaborateurs. Au moins, on sait où ils sont... »

J’ai bien essayé d’expliquer qu’une soustraction entre HD, heure de départ du bureau, et HA, l’heure d’arrivée, n’avait que très très peu, voire aucun lien direct avec la performance d’un individu, avec la qualité du service qu’il offrait à ses clients... Je dirais même que cela déplace le centre de gravité de l’attention des individus sur la gestion de la montre et non plus celle de la mission.

J’ai même la surprise de voir que certains collaborateurs, ancienne école, ne faisant pas confiance à l’informatique, faisaient leur propre gestion du temps sur des tableurs, qui étaient source de discussions sans fin au moment du calcul des RTT...

Il y a aussi ceux qui n’hésitent pas à confier leurs précieux badges à un collègue qui badgera pour tout le monde... « C’est pour ne pas alourdir le réseau avec des messages d'erreur qui ne servent à rien », expliquera ce gentil collaborateur.

Alors, si la question est celle de la responsabilisation de nos salariés, celle de la réussite de la mission et celle du bien-être au travail, je crois qu’il n’y a pas à hésiter une seconde...

Et, plutôt que de faire une remarque à une collaboratrice qui arrive un matin à 09h32, il me semble mieux d’apprécier son excellent travail, son investissement et observer qu’elle est partie la veille à 19h08 pour terminer un dossier important...

Enfin, en cette période de Noël, je voudrais solennellement demander à l’employeur du Père Noël de ne pas le faire badger. En effet, avec un trafic aérien en constante augmentation, il risque de prendre du retard sur sa tournée... Mon iPad doit être dans sa hotte... Et, ça fait tellement longtemps que je l’attends qu’il est hors de question que mon Noël à moi soit le 26 décembre à cause d’un encombrement des voies aériennes et d’une badgeuse sans sentiment...

Et, je suis certain que vous êtes également de mon avis... au moins pour la date de passage du Père Noël...

Alors, en vous souhaitant une excellente année 2012, emplie de valeurs et de sens, je vous salue, amis DRH. À bientôt. D’ici là, portez-vous bien ! 

Cali Ressler et Jody Thompson, 2011, Pourquoi le travail nous emmerdre et comment faire pour que ça change, Maxima.Cali Ressler et Jody Thompson, 2011, Pourquoi le travail nous emmerdre et comment faire pour que ça change, Maxima.

Vous pouvez contribuer !