Blog logo

RH info, le portail des ressources humaines : infos, actus, débats, prospective, agenda RH

Reconnaissance

Du bon sens paysan...

 
 

Salutations à vous, amis DRH !

Philippe est le prototype de l’intellectuel : sympathique, calme et posé, ennuyé à l’idée de changer le toner de la photocopieuse, mais constamment prêt à partager les références universitaires ou livresques qu’il a sur tout, ou presque... Toujours dans les concepts, souvent dans la théorie... Mais jamais dans le réel, ni dans la vie quotidienne de l’entreprise et des collaborateurs.

Pour le déniaiser, son DRH vient de lui confier l’animation d’une partie du prochain séminaire RH. La partie sur les valeurs. Forcément, avec un tel sujet, à la limite de la théorie et de la réalité, il est tout émoustillé, Philippe. Il a rapidement élaboré son plan d’action : phase 1, d’abord, lire tout ce qui a été écrit sur le sujet1. Ça, c’est pour la matière.

Ensuite, phase 2, il a relu le tout nouveau schéma directeur RH qui vient de voir le jour. Bon, on n’y parle pas de valeur. Alors, il a le champ libre pour ses propositions. Pour ses propositions, car, Philippe se dit que, finalement, si ses valeurs devenaient celles de l’entreprise, ce serait quand même bien plus simple. Il n’y aurait pas besoin de demander l’avis des collaborateurs, ni celui de la DG. En plus, comme jamais personne n’est d’accord dans cette entreprise, Philippe pressent que s’il ne fait rien, le petit sujet du séminaire pourrait facilement et rapidement un enfer.

Et puis, en même temps, en tant que chargé de mission auprès du DRH après de brillantes études, il est quand même bien légitime pour avoir des idées, pour les proposer et les faire accepter. Il fonce.

Il en est maintenant à la phase 3 du projet : la construction du PPT et sa présentation aux membres du comité de direction de la DRH. Philippe est bien lancé. Il maîtrise complètement PowerPoint. Il est le roi de l’animation, des titres qui tournent, des arguments qui flashent... Il va leur construire une présentation dont ils se souviendront longtemps...

Nous y sommes, c’est le jour J.

Le comité de direction est réuni. Ses 5 membres sont assis, attentifs, policés et très urbains. Car, non seulement on ne montre jamais vraiment son sentiment dans ce genre de réunion, mais, aujourd’hui en particulier, comme la commande vient du DRH, il n’est pas simple de se montrer en désaccord...

La présentation est grandiose. Les diapositives s’enchaînent, on dirait presque du Steve Jobs tellement les effets sont réussis. Sur la dernière slide figurent, comme jetés pêle-mêle, une quinzaine de valeurs comme « sens du service », « rigueur », « équité », « performance », « souci du détail »...

C’est à ce moment-là que, prenant un air très inspiré, Philippe annonce que « pour que ces valeurs soient vraiment inscrites dans les pratiques des collaborateurs, je leur dirai de prendre le stylo indélébile qu’on leur aura fourni à leur arrivée et de se tatouer sur l’avant-bras une des valeurs présentées »...

Silence gêné dans l’assistance, surtout que le DRH vient de rentrer et s’asseoir.

« Euh, oui, c’est intéressant... Mais, l’inscription va-t-elle bien retranscrire votre idée de partage de valeur ? », demande l’un d’eux.

« Oui, et c’est bien ça l’id... »

Pierrot, l’un des membres les plus anciens, lui coupe la parole : « Monsieur, pardon, mais vous avez pété les plombs ? »

C’est maintenant un silence de mort. Pierrot regarde le DRH qui sourit. 

« Ce que j’aime chez Pierrot, c’est son bon sens paysan. On en manque souvent chez nous... Et, Philippe, je pense qu’il va nous falloir discuter un peu de ce nouveau concept de tatouage... »

Finalement, il n’y a eu aucun tatouage, juste une petite réflexion individuelle, de chacun  des participants, sur les valeurs qu’il souhaiterait intégrer dans sa pratique...

 

Du bon sens paysan...

 

J’aimerais prendre quelques instants de réflexion sur cette chose qui est peut-être la plus inégalement répartie et qui reste la moins rurale des qualités... D’ailleurs, chers lecteurs, ce bon sens paysan, il est présent dans vos organisations ? Avez-vous un Pierrot qui vous rappelle à l’ordre quand l’esprit divague un peu trop ?

Je ressors mon journal intime en souriant. Je sais déjà que je vais trouver beaucoup d’exemples d’usines à gaz qui ont été montées en oubliant la raison de leur existence et qui n’ont vécu que par et pour elles-mêmes... Sans servir à rien. Peut-être parce qu’il n’a pas eu de Pierrot, un moment, pour leur demander s’ils « n’avaient pas pété un peu les plombs »...

Je me souviens tout d’abord de ces fameux tableaux de bord.

Construits pour offrir des indications aux directeurs sur la GRH, ces tableaux de bord offraient, entre autres, des courbes incompréhensibles, mais également inutilisables, sur la gestion de la masse salariale par métiers, par sites, par catégories d’âge, par religion, par genre... Je vous passe la prise de conscience qu’il y avait beaucoup de secrétaires blondes et donc la création d’une courbe liant couleur des cheveux et référentiel métier (courbe qui fut sujet de polémique par le patron de la R&D dont la secrétaire est rousse)... Il y avait également une partie formation, recrutement, mobilité interne et fonctionnelle...  Toujours plus ou moins abscons en fonction de l’angle d’attaque de la problématique... Malgré le fait qu’« on doit pouvoir présenter des indicateurs clairs », ainsi que nous le rabâchait le DRH... Oui, sauf que ces tableaux de bord n’étaient jamais diffusés, car « ils sont quand même un peu trop techniques. Et puis, les chiffres, on leur fait dire ce que l’on veut »... Mais, bon, deux personnes travaillaient quand même à temps complet pour les sortir tous les mois et pour vérifier que les couleurs étaient bien conformes à la charte... Alors, bon sens paysan ?

Il y avait également le siège de cette entreprise. Un siège qui ne fonctionnait pas très bien malgré les nombreux recrutements effectués. Un siège qui grossissait constamment sans être plus efficace. Là, le DRH avait piqué une petite colère et tapé du poing sur la table. « Ça ne peut plus durer, ces recrutements constants sans amélioration de la performance. Je veux de suite un audit sur le fonctionnement de cette entité ». Les conclusions de l’audit montrèrent que 80 % des effectifs du siège ne servaient... qu’à le faire fonctionner. Le DRH prit des mesures et, quelques mois plus tard, cet échelon central avait beaucoup maigri et satisfaisait (enfin) sa vraie mission.

Je pourrais également vous citer les demandes d’outillage théorique pour le manager afin qu’il puisse sourire, dire bonjour, connaître et reconnaître ses collaborateurs, les faire travailler ensemble... Sans se servir de son bon sens paysan et de son relationnel. Enfin, vous imaginez la check-list :

1. croiser chaque jour au moins 3 collaborateurs proches mais différents de la veille,

2. leur sourire en leur disant bonjour si nous sommes avant midi,

3. leur demander des nouvelles de leur dernier enfant, (si pas d’enfant, passez directement au point 4),

4. ...

Bref, je suis certain que, dans vos entreprises, chers amis DRH, vous avez également assisté à la construction d’usines à gaz dont le sens a été perdu au cours de la construction.

Les raisons sont souvent variées : la segmentation du travail, un échelon de décision diffus ou, au contraire, très centralisé, des projets qui prennent du retard, des « et si je me mettais dans la tête de mon chef, qu’est-ce qu’il voudrait ? »...

En tout cas, cette perte de sens est une vraie maladie des organisations. 

Pour la soigner, facile : soit vous recrutez un (ou de nombreux) Pierrot, soit vous me prenez une bonne dose de bon sens paysan, matin, midi et soir... Vous pouvez aussi en prendre une petite dose juste avant cette réunion où on va vous proposer le nouveau projet pharaonique, ultra-cher, vendu par un consultant peu honnête qui a réussi à mettre votre patron dans sa poche...

Alors, en vous laissant libres d’appliquer la posologie à vos organisations et vos collaborateurs, et en vous souhaitant la chance que j’ai eue d’avoir ce Pierrot, je vous salue, amis DRH. À bientôt. D’ici là, portez-vous bien ! 

1 Si besoin, je vous conseille l'excellent livre de Thierry Wellhoff, 2009, Les valeurs, aux Éditions d'Organisation.

Vous pouvez contribuer !