Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Je suis client et je souhaite être contacté(e) par ADP

Code du travail

Un salarié peut-il être licencié pour défaut d’entretien de son véhicule de fonction?

 
 

Mme X... a été engagée le 12 février 2001 par la société Nestlé France, en qualité de visiteur médical. 

Elle a été licenciée le 23 juin 2009, pour ne pas avoir suivi les préconisations d'entretien du véhicule de location qui était mis à sa disposition par son employeur. 

La salariée a contesté cette sanction.

La Cour d’appel a estimé que la salariée avait commis une faute en ne respectant pas le « guide de location automobile longue durée » ainsi que la notice d'utilisation de son véhicule de fonction, qui prévoyait une révision à 30 000 km.

En effet, la Cour d'appel a retenu que la salariée, informée en ce qui concerne l'entretien et les révisions périodiques de son véhicule auxquelles il lui incombait de faire procéder, ne contestait pas ne pas avoir fait réviser le véhicule selon les préconisations du constructeur à 30 000 kilomètres, mais alors qu'il affichait 36 331 kilomètres, ce qui a eu pour conséquence un refus de prise en charge d'un sinistre ultérieur par le constructeur et causé un préjudice à l'employeur, et qu'il n'était pas établi que l'employeur exigeait que les opérations de révision soient réalisées pendant les jours de congé ou de RTT. 

En l'état de ces constatations, la Cour de cassation considère que c’est à bon droit que la Cour d'appel a décidé, dans l'exercice des pouvoirs qu'elle tient de l'article L. 1235-1 du code du travail, que le licenciement de la salariée procédait d'une cause réelle et sérieuse.

 

Cour de cassation 
Chambre sociale 
Audience publique du 12 décembre 2013 
N° de pourvoi: 12-25298
Inédit
Rejet

Vous pouvez contribuer !