Blog logo

RH info, le portail des ressources humaines : infos, actus, débats, prospective, agenda RH

Projet d'entreprise

Economie collaborative et RH

6/07/2015

 
 

Les entreprises ont aussi un rôle à jouer dans l'économie collaborative :

Il y a quinze ans, qui aurait cru que l’économie collaborative prendrait un tel essor ? Aujourd’hui, ce concept est entré dans les mœurs et une bonne partie des usagers ont compris qu’il pouvait être un moyen d’arrondir leurs fins de mois. Alors, opportunité ou menace pour les entreprises traditionnelles et les RH ?

En 2013, le cabinet Altimeter a recensé pas moins de 200 startups à s’être saisies du secteur de l’économie collaborative. La France est l’une des pionnières en la matière. A l’aide notamment du réseau OuiShare, un véritable écosystème de startups s’est créé autour de l’économie du partage. OuiShare et la Fondation Internet Nouvelle Génération ont relevé quatre modèles liés à cette nouvelle économie : la redistribution de biens comme le fait Leboncoin, les produits-services comme Blablacar, les services entre particuliers et enfin les systèmes locaux coopératifs tels que les AMAP. Quel que soit le modèle, il y a avant tout l’idée qu’un bien prime sur sa propriété.

Et cela fonctionne ! Un français sur deux est adepte de ce mode de consommation, selon un sondage TNS Sofres pour La Poste en 2013. Il faut également savoir que la consommation collaborative représente 20 milliards d'euros en 2014, dont 2,7 milliards d'euros pour les particuliers, selon les statistiques du Planetoscope.

Une menace pour les entreprises traditionnelles ?

L’économie de partage bouscule les codes et l’ordre jusqu’à présent établis. Les entreprises innovent en passant d’un marché constitué uniquement par des acheteurs et des fournisseurs à un modèle où tout le monde peut à la fois offrir et demander des biens. L’économie du partage change ainsi la manière dont les individus consomment. Les moyens de financer les projets ont également été bouleversés avec le crowdfunding, c’est-à-dire des collectes de fonds auprès d’un grand nombre de personnes par le biais de plate-formes de financements participatifs. En France, les startups peuvent par exemple lever leurs fonds sur Ulule.

Les entreprises traditionnelles doivent faire face à cette économie parallèle. Cela représente-t-il une réelle menace pour elles ? Pour l’économiste Nicolas Bouzou, cité dans Les Echos, l’impact sera positif pour tous sur le long terme : « Il ne faut pas se voiler la face, ces jeunes sociétés prennent des parts de marché aux entreprises traditionnelles, lesquelles vont perdre des emplois. Mais, en même temps, elles élargissent le marché et ont des effets bénéfiques peu visibles, comme les répercussions sur les commerces de proximité. Comme c'est le cas pour chaque innovation, un peu de valeur est détruite au début mais beaucoup sera créée par la suite. »

La collaboration, une vraie innovation ?

Les entreprises traditionnelles devraient considérer l’essor de l’économie collaborative comme un moyen de se renouveler et d’innover. Reste à se poser les bonnes questions pour tirer avantage de l’essor de l’économie collaborative et transformer cette menace en opportunité. Voici quelques conseils :

  • La première clé est de rendre votre entreprise plus collaborative au niveau interne. Pour cela, il vous faut retravailler vos liens avec l’ensemble de ses parties prenantes, qu’ils soient fournisseurs, clients, investisseurs ou partenaires. On peut par exemple s’inspirer de Décathlon qui a créé le Trocathlon, un espace de vente d’équipements sportifs d’occasion dédié aux particuliers. L’important est de renforcer le sentiment d’appartenance et la fidélité vis-à vis de l’entreprise.

  • L’économie collaborative apporte de nouvelles idées pour repenser votre business model en vous inspirant de l’économie collaborative. L’idée n’est pas de tout changer de fond en comble mais de tester à petite échelle des pratiques plus ouvertes. Vous pouvez ainsi tester le lean startup, une méthode qui analyse tous les aspects de vos marchés, clients et produits, tout en adaptant votre business model et votre design organisationnel selon les retours clients. 

  • Il faut également savoir miser sur vos valeurs ajoutées. Comme l’expliquait Nicolas Bouzou, l’économie collaborative génère des valeurs qui peuvent être utiles aux entreprises. Il est nécessaire de se questionner sur les actifs clés que vous possédez : base de clients, proximité, identité locale, réseaux de partenaires, fournisseurs, technologie brevetée, etc. Utilisez ces actifs clés pour vous développer une démarche collaborative dans votre secteur d’activités.

  • Mais surtout, n’oubliez pas que ces changements passent par une transformation des structures managériales. Aurélie Duthoit, une entrepreneure sociale, a inventé le concept de « collaborativisme ». C’est selon elle « la philosophie managériale de l’entreprise 2.0 ». Cette forme de management collaboratif s’inspire des pratiques de l’économie collaborative et vise à une approche plus participative au sein des entreprises. Le but est de laisser à chacun une place dans un mode coopératif.

Bref, en un mot, n’ayez pas peur d’innover ! Et l’univers prometteur de l’économie collaborative s’ouvrira à vous.

Vous pouvez contribuer !