Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Je suis client et je souhaite être contacté(e) par ADP

Relations sociales

Repenser le dialogue social -4

29/07/2015

 
 

Reconnaissance syndicale et modernisation du travail : retrouvez ici la quatrième partie du guide de bonnes pratiques innovantes pour transformer ses obligations sociales en opportunités stratégiques.

Verallia : la première reconnaissance syndicale dans le Groupe Saint-Gobain

Parlons à présent de la société Verallia, filiale du Groupe Saint-Gobain, numéro 3 mondial de l’emballage en verre pour les boissons et les produits alimentaires avec près de 10 000 salariés dans le monde et 2,4 milliards d’euros de Chiffre d’Affaires en 2013. Dans les années 2000, la Direction des Ressources Humaines a souhaité instaurer un accord de droit syndical. Ce type d’accord permet notamment de redonner un nouveau souffle au dialogue avec les partenaires sociaux et de démontrer son engagement dans le dialogue social. Verallia, par cet acte, a démontré que sa politique RH et syndicale était en en avance sur son temps, puisque l’accord prévoyait notamment la création d’un support d’entretien de fin de mandat, point à l’ordre du jour de la loi Rebsamen sur le dialogue social en 2015.

Une des preuves les plus concrètes de la volonté de Saint-Gobain de s’engager dans la reconnaissance syndicale est que depuis le 1er décembre 2014, un salarié ayant effectué toute sa carrière chez Verallia a été nommé Administrateur Salarié au Conseil d’Administration de la Compagnie de Saint-Gobain. Pour information, en 2013, toutes les entreprises d’au moins 10 000 salariés ou d’au moins 5 000 en France ayant un comité d’entreprise devaient nommer un Administrateur Salarié. Cependant, beaucoup de grandes entreprises françaises avaient une Holding permettant d’échapper à ces critères. Un amendement de la loi Rebsamen sur le dialogue social prévoit aujourd’hui la suppression du critère lié au CE et prendre en compte simplement les entreprises de 10 000 salariés ou en ayant 5 000 en France.

Axa France et la Société Générale : des négociations pour la modernisation du travail

Revenons sur l’exemple d’Axa, Groupe novateur en termes de négociations sur les nouveaux modes d’organisation du et au travail. Après 1997, la croissance du Groupe étant devenue organique, la Direction des Ressources Humaines a dû faire face à une nouvelle problématique RH : l’évolution des métiers avec l’apparition des NTIC. A cette époque, le dialogue social a été utile pour moderniser l’entreprise et accompagner les collaborateurs dans la transformation de leur métier, en faisant de la GPEC « avant l’heure », puisque son apparition légale remonte à 2005. Puis, en 2007, une expérimentation du télétravail par voie d’accord d’entreprise a été mise en oeuvre dans leur accord GPEC car les délégués syndicaux se montraient réticents à sa mise en place. En 2012, le succès ayant été au rendez-vous, ce sont eux qui ont par la suite demandé de mettre en place un accord formel sur le télétravail.
L’exemple de la Société Générale illustre également mon propos sur les négociations relatives au télétravail. En 2013, un premier accord d’expérimentation du télétravail a été signé pour une durée d’un an avec une population test de 400 salariés volontaires, issus des filières informatiques et RH. Cette première « prise de risque » a été un succès : 98% des managers ont déclaré avoir été satisfaits de cette expérimentation car les salariés sous leur responsabilité ont maintenu leur niveau de productivité habituel ou l’ont amélioré (1). Un deuxième accord d’expérimentation a été signé le 16 juillet 2014 avec les partenaires sociaux, pour une durée de deux ans cette fois-ci. La stratégie du Groupe n’est pas laissée au hasard. Certes, elle correspond à une volonté de s’engager dans la Qualité de Vie eu Travail (QVT), de répondre à des problématiques modernes de « digitalisation » des métiers et à des pratiques de gestion et de développement des compétences. Mais elle s’inscrit avant tout dans une démarche d’innovation sociale, portée par Nadia Robinet (2).

(1) Article : « Société Générale : réinventer le travail pour améliorer la qualité de vie en entreprise des collaborateurs » sur le site Internet CIO Online
(2) Responsable de l’innovation sociale à la Direction des Ressources Humaines de la Société Générale


Vous pouvez contribuer !