Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Je suis client et je souhaite être contacté(e) par ADP

Projet d'entreprise

Vous pilotez ou vous suivez ?

 
 

Vous pilotez ou vous suivez ?

Quoi de plus connu, de plus systématique et de plus quotidien, dans nos entreprises, que cette activité hybride entre la réflexion et l’action que l’on appelle le « pilotage ». Néanmoins, cette notion mérite-t-elle quelques éclaircissements.

Lorsqu’on fait la synthèse de ce qui se dit habituellement sur le pilotage, voici les éléments qui ressortent avec le plus de constance :

  • Le pilotage consiste à s’assurer que l’objectif visé sera atteint en temps et en heure.
  • Pour cela, il commence par choisir des indicateurs, des modalités de suivi et des outils qui permettent de mesurer les écarts entre ce qui était prévu et ce qui a été réalisé.
  • Après avoir contrôlé et mesuré l’existence éventuelle et la nature des dits écarts, le pilotage met en place des actions correctives pour les réduire.
  • Il doit donc se conformer à la stratégie décidée tout en la validant dans la pratique par les ajustements nécessaires.

Cette définition appelle, à notre sens, une vraie critique : ce que nous venons de décrire s’appelle plutôt du « suivi » que du « pilotage ». Ce n’est pas seulement une question de sémantique :

  • Celui qui « suit » est derrière ; celui qui « pilote » est devant.
  • Celui qui suit constate, puis corrige après ; celui qui pilote anticipe, et prévoit l’adaptation en temps réel.
  • Celui qui suit cherche à appliquer la stratégie décidée sur le papier et à y conformer les actions sur le terrain ; celui qui pilote est un acteur de la stratégie et il la construit aussi dans l’action.

Si nous prenons l’image du pilotage automobile, ce que nous avons décrit s’apparente plus au rôle du « copilote » que du pilote lui-même. Le copilote, en effet, surveille les instruments de mesure du tableau de bord, suit le comportement interne du véhicule, annonce sans cesse au pilote les informations sur le tracé prévu, et n’a pour ainsi dire pas à relever le nez pour voir la route, faute de perdre la directive suivante. Le pilote, quant à lui, ne peut pas baisser le nez pour suivre l’ensemble des instruments de contrôle, faute de se retrouver en dehors de la route réelle. Le pilotage ne consiste pas d’abord à suivre le comportement du véhicule, mais à se porter instantanément à l’obstacle suivant, bien avant d’être arrivé dessus ! Le lieu du pilotage n’est pas le siège de la voiture, avec son volant, ses pédales, son levier de vitesse et son tableau de bord : c’est 150 mètres devant le véhicule, sur la route elle-même, afin de provoquer le comportement voulu lorsqu’il y sera effectivement.

Il se peut fort bien, dans un fonctionnement d’entreprise, que la même personne ait à assumer les deux rôles, mais alors il faut qu’elle prenne clairement conscience qu’elle a deux casquettes bien différentes ! Et si son rôle se borne à être copilote, il est nécessaire de clairement identifier le pilote et de faire avec lui un vrai travail d’équipe ; car la sortie de route ou l’accident les mettra tous deux « dans le décor ».

Vous pouvez contribuer !