Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Je suis client et je souhaite être contacté(e) par ADP

Coaching et mathématiques

2/03/2018

 
 

Coaching et mathématiques, un amour de raison

ou le paradoxe de la géométrie au service de l’humain

Etre coaché peut apparaître pour beaucoup se soumettre aux lois irrationnelles de l’Humain. Travailler avec un coach s’apparente pour des esprits très cartésiens à tenter d’analyser l’irrationnel.

Or, de façon surprenante, le langage et les images utilisées en coaching sont beaucoup plus pragmatiques qu’il n’y paraît. C’est là que les mathématiques, et plus spécifiquement la géométrie, entrent en scène dans les outils du coaching.

La similitude apparaît tout d’abord dans les objectifs : pour paraphraser le célèbre humoriste Gad El Maleh, « quand tu es môme, tu commences ta vie par des exercices qui s’appellent des problèmes. Le môme rentre à la maison, son père lui dit « tu as fait quoi aujourd’hui à l’école ? des problèmes », et toi papa au travail, « des problèmes » !

Proposer un coaching à un salarié de son équipe c’est lui donner l’opportunité d’identifier ce qui dans son comportement peut (lui) poser problème et l’aider à adapter ses réactions en fonction du contexte.

Au cours du coaching, la géométrie arrive très vite en soutien dans l’analyse des relations entre les individus : qui n’a jamais été confronté à une situation décrite dans le  triangle dit de Karpman, plus connu sous le nom de « triangle victime / bourreau /sauveur» ? Se reconnaître dans l’un de ces rôles inconscients en analysant des situations vécues permet d’éviter de rejouer ces rôles indéfiniment : venir en aide à une personne qui n’en a pas exprimé le besoin, ne pas s’autoriser à dire non face à une sollicitation instaure automatiquement un jeu psychologique. Le « sauveur » attendra légitimement des remerciements en vain de la part de la « victime ». Victime qui deviendra à son insu votre bourreau, vous faisant regretter d’être intervenu….

Plus généralement, le coaching permet de mieux se connaître, cerner sa personnalité, décoder les comportements des autres grâce au miroir que nous renvoie le coach, afin d’optimiser ses interactions avec les autres. Ne parle-t-on pas de personnalité « carrée », ou d’arrondir les angles en cas de conflit ? En effet, quand on est diamétralement opposé aux points de vue de son manager ou de son collègue, c’est que cela ne tourne plus rond !

Coacher consiste alors à identifier comment aider la personne à passer d’un cercle vicieux à un cercle vertueux. Plusieurs étapes seront souvent nécessaires en fonction de la problématique et des objectifs : décrypter les réactions de l’autre, adapter son comportement, modifier sa posture et ses attentes relationnelles, prendre conscience que la reconnaissance provient de différentes sources, et en particulier de soi-même.

Lorsque la personne coachée a vécu un événement grave, l’explication des différents stades de la courbe du changement ou courbe de deuil sera souvent d’une grande aide pour accepter qu’il y a un temps pour tout avant de dépasser ce traumatisme.

Se reconnaître dans tous ces schémas explicatifs revient alors à la même sensation que celle de découvrir un passage d’un livre en s’exclamant « ce sont exactement les mots que j’aurais aimé écrire ». Pour la coach que je suis, rendre hommage aux mathématiques me réconcilie avec mon passé de littéraire. Merci aux mathématiques de nous aider à aller mieux 

Vous pouvez contribuer !