Contact

Contact

hr_services

Experts et Conseillers d'ADP

Service 0,15€/appel + prix appel. Nos conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 18h.

speech_bubble

Un projet ? Parlons-en ensemble ! ADP est un acteur incontournable de la scène RH et nos domaines d’expertise sont variés. Il y a une solution ADP pour vous :

Helpline

Helpline

24_7_support

Helpline Client

Service 0,15€/appel + prix appel.

Vous êtes déjà client et vous souhaitez être mis en relation avec un de nos conseillers.
Pour faciliter le traitement de votre demande, merci de vous munir de votre numéro de client.

Je suis client et je souhaite être contacté(e) par ADP

Leadership

Le manager et l'autorité

 
 

Les managers sont confrontés tôt ou tard à cette question angoissante : ai-je besoin d’affirmer ou de réaffirmer mon autorité ? Disons le tout net : c’est un mauvais signe ; car nous n’avons besoin d’affirmer que ce qui est mis, remis en cause. 

Et pour (ré)affirmer notre autorité, nous passons alors dans… l’autoritarisme ! Nous interprétons la moindre contradiction d’un collaborateur comme de l’insubordination ; et l’arbitraire reprend ses droits, jamais assouvis. Mais l’autoritaire n’a plus d’autorité, si l’on y réfléchit bien. C’est pourquoi il ne peut mouvoir ses semblables qu’en recourant au jeu dangereux des menaces et des promesses.

En effet, l'autorité se définit comme le droit ou le pouvoir de commander, de se faire obéir sans recours à la contrainte physique ou morale. L’origine du terme « autorité » est très instructive, ouvrant sur des considérations très positives : il est issu du latin "auctor", dérivé de augere : celui qui accroît, qui augmente, amplifie, d'où la notion de créateur, fondateur, auteur.

Ainsi, le non recours à la contrainte souligne le caractère psychique de l'autorité : la confiance. Si nous acceptons de retenir toute cette richesse du mot, nous introduisons dans l'exercice de l'autorité une dimension différente. Ce n'est plus le commandement et l'obéissance qui sont au premier plan, mais le fait que l'ordre ou la référence donnés dépasse, dans la perspective d'une œuvre commune, celui qui les donne ou celui qui les reçoit : le premier commande au nom d'autre chose que de lui-même (de son pouvoir, de son gré, de son humeur, etc.); et il en est de même pour celui qui reçoit, qui obéit au nom d'autre chose que de la seule soumission ou subordination : ils sont partenaires au service d’une cause commune.

Cette notion de partenariat implique que celui qui commande n'est pas "supérieur" à celui qui obéit, mais reste son égal dans la perspective d'une finalité que tous deux doivent connaître et dont tous deux auront à répondre, chacun dans le domaine qui lui est propre. C'est une des conditions qui nous paraît nécessaire pour que l'autorité soit comprise, acceptée et devienne ainsi fructueuse. Même le terme de commandement retrouve alors son étymologie et son sens plénier : c’est le fait de « confier » quelque chose à quelqu’un. A méditer !

Comme le disait André Malraux : « être roi est idiot. Ce qui compte, c’est de faire un royaume ».

Vous pouvez contribuer !