Blog logo

RH info, le portail des ressources humaines : infos, actus, débats, prospective, agenda RH

Engagement solidaire

Don sur salaire. Interview croisée

8/10/2020

 
 

Microdon et Caisse d'Epargne Loire Centre


Présentation

La crise du covid-19 a créé un puissant élan de solidarité mais aussi renforcé le désir d’engagement de milliers de citoyens. Passé le temps de l’organisation interne, beaucoup d’entreprises ont souhaité à leur échelle se mobiliser avec leurs équipes pour répondre à l’urgence sociale et sanitaire. Les initiatives solidaires ont été nombreuses et exemplaires pendant cette période inédite… mais la mobilisation doit continuer !

En effet nous mesurons aujourd’hui combien l’épidémie de covid-19 n’est pas seulement une crise sanitaire majeure mais aussi une crise sociale aux conséquences ravageuses pour bon nombre d’acteurs et de territoires. Partout en France, les associations sont en première ligne et les besoins se multiplient.

microDON déploie et opère plusieurs solutions de collecte de dons pour des associations d’intérêt général et d’utilité publique. Le don sur salaire est une solution simple,  accessible à tous, qui permet à la fois de soutenir des associations dans la durée et d’impliquer l’ensemble des salariés dans une démarche d’engagement, en toute sécurité.

Aussi, microDON et son partenaire historique du don sur salaire, ADP, souhaitent mettre à l’honneur ce dispositif à travers un article publié sur le blog RH info.

Contenu de l’interview

  • Elisabeth Hugot (EH), Directeur Commercial Don sur salaire de microDON
  • Guillaume Laplanche (GL), Chargé d’animation RSE et Vie Coopérative Direction de la RSE et du Développement Coopératif de la Caisse d’Epargne Loire-Centre

La crise sanitaire a généré un bel élan de solidarité dans toute la société. L’avez-vous particulièrement ressenti chez microDON ?

EH : À l’annonce du confinement, la priorité a été pour les entreprises de garantir la sécurité des collaborateurs, et d’organiser les équipes. Puis très vite, nous avons eu des sollicitations de clients, mais aussi d’entreprises à la recherche de solutions permettant de répondre au désir d’engagement des salariés. Cette crise sanitaire a créé un puissant élan de solidarité et les salariés étaient nombreux à vouloir participer à cet effort collectif sans savoir comment faire face aux consignes strictes du confinement.

Pour y répondre nous avons déployé diverses solutions sur notre Plateforme de l’Engagement. D’abord un programme dédié “Tous mobilisés” avec les principales initiatives de mobilisation permettant de soutenir les associations en première ligne. Les collaborateurs ont pu ainsi donner de leur temps, à distance, en maintenant par exemple un lien avec des personnes isolées ou aider à l’utilisation d’outils numériques.

D’autres initiatives ont vu le jour : du don par CB pour soutenir les fonds d’urgence de l’AP-HP et de la Fondation de France ; une opération de financement participatif “Les Paniers Solidaires” en partenariat avec KissKissBankBank et Ulule pour financer et livrer des produits de première nécessité aux plus fragiles et aux soignants. Et enfin sur le don sur salaire, nous avons proposé aux entreprises d’élargir le nombre de bénéficiaires en ajoutant des associations qui jouent un rôle de premier plan durant la crise. Une cinquantaine d’entreprises se sont mobilisées, et nous avons réalisé de belles collectes, notamment pour les Paniers Solidaires avec plus de  230 000€ de dons !

  • Comment votre entreprise a-t-elle réagi face à cette crise ? Avez-vous mis en place des actions solidaires spécifiques durant le confinement ?

GL : En tant qu’opérateur d’importance vitale pour la population et soutien à l’économie régionale, la Caisse d’Epargne Loire-centre a mis en œuvre, dès le début de la crise sanitaire, toutes les mesures qui s’imposaient pour assurer une continuité de services optimale à ses clients (particuliers, entreprises, personnes fragiles) dans ses 193 agences. Et ce, tout en protégeant leur santé et celle des 1750 collaborateurs.

La solidarité est une valeur fondatrice des Caisses d’Epargne depuis leur création. Elles ont accompagné toutes les grandes transformations, les refondations et les évolutions sociétales. Il était donc évident de redoubler d’attention envers les plus fragiles pendant le confinement.

Au-delà de nos engagements historiques et récurrents, nous avons par exemple fait don de 40 000 masques FFP2 au CHR d’Orléans et au CHU de Tours. Nous avons sur notre plateforme de l'engagement invité nos collaborateurs à se mobiliser à distance à travers le programme "Tous mobilisés" de microDON. Enfin, en juin dernier, la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Loire-Centre a fait un don de 72 000€ aux Banques Alimentaires et Communautés Emmaüs de la région, répartis à parts égales entre chacune des 12 structures des six départements afin d’accompagner les plus démunis d’autant plus touchés dans ce contexte de crise sanitaire et économique.

Le don sur salaire rencontre un beau succès ces dernières années

  • Comment l’expliquez-vous ?

EH : Le besoin grandissant pour les entreprises à la fois de s’engager, mais aussi d’impliquer leurs parties prenantes dans leur RSE, a favorisé le développement d’une solidarité plus présente et plurielle. C’est dans ce contexte que de nouvelles pratiques de générosité en entreprise comme le don sur salaire trouvent pleinement leur place.

A partir d’une plateforme personnalisée, le dispositif permet aux collaborateurs de s’inscrire en quelques clics pour faire un don chaque mois de leur salaire vers une association de leur choix. L’employeur, en co-solidarité double le montant des dons.

Là où certains dispositifs peuvent s’avérer complexe à mettre en place dans une grande organisation, le don sur salaire est un moyen simple et sécurisé d'engager un grand nombre de collaborateurs dans la durée. L’accessibilité de la démarche à tous les niveaux de l’entreprise, mais surtout sa dimension collective, expliquent ce succès. Il permet de répondre  à ce désir d’engagement et de produire un impact social significatif grâce au collectif. Le don sur salaire représente plus 4,9 millions d’€ collectés en France pour l’intérêt général ! Par ailleurs, cette crise exceptionnelle a montré que le dispositif s’adapte facilement avec un choix infini de causes d'intérêt général ou d'utilité publique à soutenir.

  • Pourquoi avez-vous décidé de le mettre en place ?

GL : Le dispositif d’arrondi sur salaire en partenariat avec microDON existe depuis 2016 à la Caisse d’Epargne Loire-Centre. Nos collaborateurs ont ainsi la possibilité de soutenir chaque mois une association parmi un catalogue de six bénéficiaires. La Caisse d'Epargne Loire-Centre accompagne leur geste et double le montant des dons de chaque collaborateur.

Le don sur salaire s’inscrit dans la continuité d’une stratégie globale d’engagement et de long terme. En cohérence avec nos valeurs, il nous a semblé naturel d’impliquer nos collaborateurs dans cette démarche. Le dispositif simple et à la portée de tous, a été un levier supplémentaire pour donner en interne de la visibilité à nos actions, mais surtout fédérer l’ensemble des salariés autour d’une action solidaire et collective. Cela s’est illustré parfaitement lors de la crise sanitaire où le dispositif s’est adapté à la situation avec la possibilité de soutenir les fonds nationaux d’urgence de l’AP-HP, la Fondation de France, et du Secours Populaire. Ils avaient également la possibilité de soutenir les 6 banques alimentaires de la région Centre-Val de Loire en faisant des dons. Une manière supplémentaire de faire front ensemble face à cette pandémie, et de répondre rapidement au désir d’engagement de nos collaborateurs en toute sécurité.

Par ailleurs, à travers notre activité bancaire, nous œuvrons depuis longtemps pour favoriser l’inclusion financière pour tous, via l’attribution de micro-crédits par exemple, pour donner une seconde chance aux plus défavorisés ou pour accompagner les acteurs de l’économie sociale et solidaire de notre territoire. Aussi, après le micro-crédit, adopter le micro-don nous a semblé comme une évidence !

  • Comment le dispositif est-il généralement perçu en interne ?
    • En général quels sont les retours de vos clients ?

EH : Le don sur salaire est bien accueilli par les salariés, surtout lorsque les causes sont choisies avec eux. Nous sommes d’ailleurs souvent contactés par des salariés qui veulent faire connaître le dispositif à leur entreprise. Il faut dire que la solution a particulièrement gagné en notoriété ces dernières années, avec plus de 600 sociétés qui le proposent en France.

Mais le caractère simple du don sur salaire n’est pas le seul levier de succès auprès des collaborateurs. Comme pour toutes les initiatives, il nécessite une communication régulière pour que le taux de participation ne s'essouffle pas. Elle aura pour effet de fidéliser les salariés déjà engagés, convaincre les non-initiés, mais aussi informer les nouveaux embauchés. Nourrir la communication avec des messages sur l’avancée de la collecte, les projets financés, encouragent les salariés à s’impliquer. C’est une manière de valoriser les efforts et de créer du lien entre l’association et les salariés. Le mécénat étant parfois perçu comme un sujet “annexe”, pour susciter l’intérêt de tous, nous encourageons vivement l’implication de la direction dans la communication vers les salariés.

  • Dans le cas de CELC, comment le dispositif a-t-il été accueilli par les collaborateurs ?

GL : Le dispositif a été très bien accueilli par nos collaborateurs, qui sont, de manière générale et de longue date, très impliqués sur les projets solidaires. Par exemple, depuis 10 ans nos collaborateurs partagent chaque année en juin un temps très fort, autour de la Semaine de la Solidarité. Cet événement que nous avons initié, en partenariat avec Unis Cité, consiste pour chaque collaborateur volontaire à donner une journée pour agir au sein d’une association régionale, à raison d’une demi-journée sur ses congés payés, l’autre prise en charge par la Caisse d’Epargne Loire-Centre.

Aussi le don sur salaire a été perçu comme un moyen complémentaire d’agir en local aux côtés des associations, dans la continuité des initiatives portées. Leur engagement a permis de collecter près de 30 000€ de dons. Somme que nous avons doublé au profit de nos bénéficiaires comme la Fondation d’Auteuil, la Fédération Autisme Centre, ou encore l’association Cancer@Work.

  • Projetons-nous ! On parle beaucoup de “monde d’après”, on voit bon nombre d’entreprises questionner leur “raison d’être”, une génération en quête de sens prête à bousculer le monde du travail…
    • Qu’est-ce que cela vous inspire ?

EH : Il y a une forte volonté à maintenir l'élan de solidarité rencontré pendant le confinement. Les entreprises à travers cette situation exceptionnelle, ont pris conscience du rôle sociétal qu’elles peuvent jouer. Mais la situation économique les pousse pour beaucoup à se replier sur elles-mêmes, à restreindre leur budget et à se concentrer sur leur activité. Ce n'est pas simple de maintenir cet élan. Pourtant nous avons besoin, plus que jamais, que les entreprises maintiennent leur niveau d’engagement et de mécénat. De nombreuses associations sont en difficulté car les dons ont diminué, et cherchent de nouvelles ressources humaines et financières. Comme nous l’avons tous constaté pendant cette crise, les entreprises représentent un levier d’impact positif extraordinaire. Nous espérons qu’elles seront donc au rendez-vous car c’est avec elles que nous construirons le “monde d’après” !

  • Dans le cas de CELC : après la mise en place du don sur salaire comment envisagez-vous la suite (en matière d’engagement solidaire)?

GL : Au-delà de notre activité bancaire, nous servons l’intérêt général depuis toujours, Notre Fondation d’entreprise vient de lancer pour la 11ème année consécutive son appel à projets solidaires, soit une enveloppe de 250 000 € au bénéfice d’associations locales.

Nous avons décidé de faire reconnaître cette politique de RSE en candidatant au label LUCIE. Il récompense l’engagement d’une organisation dans ce domaine selon les lignes directrices de la norme ISO 26000, et nous l’avons obtenu en mars 2020. Nous sommes inscrits dans une démarche d’amélioration continue : même si la Caisse d’Epargne Loire-centre peut être fière de ce qui est déjà accompli dans ce domaine, nous sommes mobilisés pour aller toujours plus loin…

Vous pouvez contribuer !